Votre recherche

article 0 produits

Votre panier est vide

Total

Livraison gratuite pour 140 € supplémentaire

Histoire

L'histoire du whisky japonais


Savez-vous depuis combien de temps les japonais distillent du whisky ?

Officiellement l’histoire du whisky japonais débute en 1923 avec la construction de la toute première distillerie de malt du Japon : Yamazaki, par ailleurs une des plus célèbre du monde et toujours en activité.

L’histoire du whisky au Japon se confond intimement avec le destin de deux hommes : Shinjiro Torii et Masataka Taketsuru, que l’on considère aujourd’hui comme les pères fondateurs du whisky japonais.

Leurs deux philosophies bien distinctes ont profondément participé au développement du whisky au Japon, la première celle de Shinjiro Torii, était de créer un whisky inspiré du whisky écossais mais avec un style et un caractère japonais. La deuxième, celle de Masataka Taketsuru, était de reproduire un whisky aussi proche que possible du whisky écossais mais avec un style et un caractère unique.

Shinjiro Torii, le père fondateur à l'esprit pionnier

Né à Higashi-Ku dans la région d'Osaka, le 30 janvier 1879, Shinjiro Torii est le deuxième fils d'un agent de change, Chubei Torii. Débrouillard et volontaire, il travaille depuis l’âge de 13 ans dans les commerces du port d’Osaka et au fil des différentes boutiques dans lesquelles il poursuit son apprentissage, il découvre le commerce des vins importés de l’étranger et plus particulièrement les vins doux du Portugal ; le madère et le porto.

Shinjiro Torii

L'histoire de l'empire Suntory et quelque part celle du whisky japonais, commence le premier février 1899 lorsque Shinjiro Torii décide à l’aube de ses 20 ans d’ouvrir une échoppe à Osaka : le Torii Shoten.

Petit à petit l’échoppe devient une boutique et Shinjiro Torii se transforme en caviste en proposant une large gamme de boissons alcoolisées exotiques dont le whisky écossais Old Parr qu’il affectionne particulièrement. Mais son ambition est plus grande, il veut éduquer le palais des japonais, réputé fin et difficile, aux arômes particuliers des vins portugais et espagnols.

Malheureusement l’échec est à la hauteur de la difficulté du défi, et le succès ne se présente pas. Shinjiro Torii, fort de son caractère, n’en reste pas là et décide d’adopter une autre stratégie.

Puisque le palais des japonais ne s’adapte pas aux vins qu’il propose, il va adapter le vin au palais des japonais. Avec l’aide d’une équipe de scientifiques, il se met alors à disséquer ces vins venus du Portugal pour les modifier en les rendant plus doux, plus adaptés aux habitudes culturelles japonaises.

Le fruit de ce travail est dévoilé en 1907, avec le lancement de son vin doux appelé Akadama Port Wine qui remporte un succès immédiat. Le Torii Shoten est alors une épicerie fine florissante où Shinjiro Torii vend son Akadama Port Wine mais aussi d’autres produits importés comme des épices, des sauces ou des boissons alcoolisées. La même année la boutique fut rebaptisée Kotobukiya Liquor Shop.

Masataka Taketsuru, le père fondateur à l'esprit globe-trotter

Troisième fils d'un grand producteur de saké, Masataka Taketsuru est né en 1895 dans la ville côtière de Takehara située à une soixantaine de kilomètres d'Hiroshima. Sa famille possède la brasserie de saké depuis 1733, et Masataka est donc prédestiné à reprendre l'affaire familiale, pour cela il étudie la chimie à l'université d'Osaka et plus particulièrement la fermentation et la distillation.

A la fin de ses études en 1916, Il est recruté en tant que chimiste par la distillerie Settsu Shuzo spécialisée dans la production de saké et de shochu. Très vite repéré par Kihei Abe, le patron de la distillerie, le jeune et brillant Masatka Taketsuru est envoyé en Ecosse pour étudier le processus de fabrication des liqueurs occidentales et plus particulièrement celui du whisky. 

Il débarque en Ecosse à Glasgow, en décembre 1918. Durant son séjour, il suit de nombreux cours sur la distillation dans les universités écossaises, tout en suivant un apprentissage intensif dans plusieurs distilleries absorbant le savoir-faire des maître distillateurs et recevant un entraînement à l'art de l'assemblage.

C'est à l'université de Glasgow que sa vie sentimentale va définitivement changer. Masataka, jeune et brillant étudiant japonais, ne tarde pas à séduire la jeune étudiante en médecine, Ella Cowan, qui se lie d'amitié avec lui jusqu'à le présenter à son frère Cowan à qui il enseignera le ju-jitsu, et à sa soeur Jessie Roberta qui préfère se faire appeler Rita.

Ce fut un coup de foudre immédiat, une véritable romance hollywoodienne. Pourtant ils doivent vivre leur histoire d'amour en secret. Leurs deux familles ne voyant pas d'un bon oeil cette idylle naissante entre les deux, elles décident de s'y opposer. Mais l'amour triomphe, et Masataka épouse Rita en 1920, année de leur départ pour le Japon.

A son retour d’Ecosse, Masataka apprend que son rêve de pouvoir mettre en œuvre tout le savoir-faire qu’il a accumulé lors de son voyage, ne verra jamais le jour. Du moins pas avec Settsu Shuzo.

Malheureusement, le marasme économique dû à la Première Guerre Mondiale n’épargne pas le Japon et Settsu Shuzo prend la décision de se concentrer sur les alcools traditionnels plutôt que de se lancer dans la grande aventure du whisky. Il finit par quitter la firme en 1921.

L'unique collaboration pour un projet audacieux : la première distillerie de malt du Japon

Shinjiro Torii, à l’aube de ses trente ans, ne se contentera pas du succès grandissant de sa boutique, qu’il renomme Kotobukiya Limited en 1921, c’est un visionnaire et surtout un passionné de cette boisson maltée au fort degré d’alcool venu de cette île si lointaine qu’est l’Ecosse.

Il se lance alors un défi à la hauteur de son ambition : importer et développer le whisky au Japon. Par expérience il sait que le whisky importé aura du mal à s’imposer au palais de ses compatriotes. Qu’à cela ne tienne, il l’adaptera aux japonais. Et derrière ce défi, une idée folle, celle de créer son propre whisky. Un whisky d’inspiration écossaise mais au style purement japonais.

Il va donc lui falloir une distillerie, et plutôt que de racheter une des nombreuses distilleries de shochu déjà existantes et de l’adapter à la production de whisky, il décide de créer la sienne.

Pour cela il va avoir besoin du savoir-faire écossais qu’il ne possède pas et son chemin va alors croiser celui de Masataka Taketsuru, l’autre père fondateur du whisky japonais. Ironie de l’histoire, c’est le principal concurrent de Shinjiro Torii, Settsu Shuzo, qui l'a envoyé en Ecosse pendant deux ans. Taketsuru accepte la proposition de  Shinjiro Torii avec qui il partage les mêmes ambitions et la même passion pour le whisky.

Dès le départ cette collaboration fait des étincelles et la vision des deux hommes se confronte sur un point essentiel : l’emplacement de la distillerie que Shinjiro Torii veut construire. Pour Torii il faut un whisky adapté aux japonais et pour cela il faut un emplacement où le climat est totalement différent de celui de l’Ecosse, tandis que pour Taketsuru il faut un climat comparable pour produire un whisky au plus proche du style écossais.

Deux emplacements sont donc proposés, la vallée de Miyagi aux eaux pures et au climat très marqué pour l’un et l’île d’Hokkaido au climat identique à celui de l’Ecosse pour l’autre.

C’est finalement Torii qui aura le dernier mot, et la construction de Yamazaki débutera en 1923 entre Kyoto et Osaka à Shimamoto au pied de petites collines d’où s’écoule une source d’eau très pure. La construction fut achevée en 1924 et Taketsuru après avoir entièrement contribué à la conception et au montage des installations techniques, continue quelques années à travailler pour Torii, qui l'envoie à travers l'Europe perfectionner ses connaissances sur la technique de fabrications des liqueurs étrangères.

En 1934, pour assouvir son désir de déguster un jour son propre whisky, Taketsuru met fin à la relation professionnelle avec Torii et quitte Kotobukyia pour construire sa distillerie de Yoichi et créer sa marque Nikka, aujourd’hui mondialement reconnue et concurrent historique de Suntory.


Spécialiste Japon

Tous les plus grandes références de whisky japonais

Livraison gratuite

à partir de 140 € de commande et expédition en 24/48h !

Emballage spécial

pour une protection optimale de vos bouteilles lors du transport

Paiement sécurisé

par carte bancaire, Paypal ou virement bancaire